Groupe du mois

  • The Acousticolics

    Mois:
    Décembre 2007
    Entrevue avec:
    Julien et Mathieu
    Par:
    Jean-Philippe Mckenzie

Qui sont The Acousticolics, pour faire une histoire courte?

The Acousticolics sont une bande de joyeux lurons qui tentent de propager la révolution acoustique en partageant leur musique et leur message.

Pouvez-vous nous dire quel est votre rôle au sein du groupe et quelles sont vos occupations en dehors de la musique?

Julien est le chanteur, le guitariste, le «sex-symbol» et l’architecte du groupe. Il termine présentement un bacc. en Science Politique à l’Université Laval.

Paul, dit le «versatile» ou bien «Malik Shaheed», est l’homme à tout faire. Il joue de la guitare, de la basse, de la mandoline, du clavier, de l’harmonica et il chante. Il termine présentement son cours collégial afin de devenir un jour un ingénieur chimique.

Kathleen amène la touche féminine. Elle est la troisième de la famille Keller à apposer sa voix douce et mielleuse sur nos chansons. Elle termine un cours collégial en littérature.

Mathieu, surnommé «Râ» à cause de ses descendances avec le dieu solaire égyptien, est l’autre guitariste et bassiste du band. Il a complété un bacc. en communication publique à l’Université Laval et se cherche un emploi (quelqu’un?).

Maxime, dit le nomade sédentaire de Gaspé, endiable nos chansons avec ses rythmiques de percussions. Diplômé universitaire, il travaille présentement dans le domaine du génie mécanique.

Laurent, le dernier mais non le moindre, est surnommé le «redresseur de poils» grâce aux frissons qu’il inflige à tous ceux (lui y compris) qui osent affronter leur ouie aux rythmiques de ses tambours. Il étudie les Sciences de l’administration à l’Université Laval.

Pour ceux qui n'ont jamais entendu votre musique, comment la définiriez-vous ?

À prime abord, nous disons jouer de la musique acoustique (ce qui peut sembler redondant si on se fie à la terminologie). Quoique difficile à catégoriser, notre son est un heureux mélange de punk et de folk rehaussé d’une pincée de jazz et de funk. Avoir six membres dans le groupe nous permet et nous oblige d’incorporer les caractéristiques musicales de chacun; le résultat est donc un amalgame de différentes influences, mais toujours basé sur l’idée qu’on peut se taper un jam dans le salon sans amplis.

Vous avez un style musical assez particulier, normalement quelle est la réaction des gens qui découvrent votre musique?

La réaction a toujours été très positive. Notre musique est accessible à tout le monde et présente une variété d’instruments assez intéressante; on a des fans de tous les âges et de tous les backgrounds musicaux. Le fait que ce soit des djembés et des congas qui supportent le rythme sur plusieurs des chansons attire beaucoup les gens qui perçoivent une touche originale que peu d’artistes osent explorer. Le fait que trois membres de la même famille (Ju, Paul et Kat) chantent ensemble intrigue aussi beaucoup de gens.

Est-ce qu’il y a des groupes locaux qui vous ont donné le goût de jouer de la musique quand vous étiez jeunes?

Sur la scène locale de Québec, c’est sûr que MAP, The Schwinnz, MUTE, GFK sont tous des bands qui ont marqué notre jeunesse musicale. Sinon, d’un point de vu provincial, les groupes les plus influents ont été Reset, Grimskunk, SUBB et Groovy Aardvark.

Vous allez sortir en décembre votre nouveau CD "Tuning In" sur l'étiquette New Horizon Records. Pouvez-vous nous décrire comment s'est déroulée votre expérience en studio ?

L’expérience en studio pourrait être décrite un peu comme une dynamique de couple malsaine : il y a eu des hauts et des bas et s’est étirée probablement sur trop longtemps! Chacun avait des obligations qui empêchaient un déroulement rapide du projet. De plus, on ne voulait pas produire quelque chose d’ordinaire, on voulait que ça sonne bien! Finalement, on aura commencé à l’été 2006 et le tout aura été complètement terminé en septembre 2007

À quel endroit avez-vous enregistré l'album? Qui l'a produit ? Pourquoi avez-vous favorisé l’approche DIY dans l’enregistrement ?

L’album a été enregistré et mixé chez et avec notre chum Boud (Made Of Koncentrate) et le master a été fait par Steve Chiasson des Studios Unika. Avec Boud, on s’est déplacé de Beauport, à Québec, à Loretteville pour tout enregistrer en transportant l’équipement plusieurs fois. Nous avons favorisé l’autoproduction car nous avions besoin d’explorer certaines facettes de notre musique afin de définir notre son; l’enregistrement de l’album fût donc un processus de création. Par conséquent, nous n’avions pas les moyens de faire cette exploration en studio professionnel. Cela a été plus long mais, au bout du compte, on en est ressorti gagnant. Cette expérience d’enregistrement a permis au groupe de gagner de la maturité et de mieux définir l’apport que chacun pouvait fournir pour le futur du band.

Bref, un GROS merci à Boud pour son temps et son implication durant ce processus de création.

Quels sont vos plans afin de faire connaître votre nouveau produit ?

Ni nous, ni New Horizon Records avons les moyens de s’offrir des supports publicitaires. Le plan de match sera donc d’organiser des spectacles partout dans la province tout en se dénichant des entrevues dans les différents médias. Les supports Web tels que MySpace, Facebook, QPS, Interpunk sont également extrêmement utiles pour la visibilité d’un groupe comme le nôtre. « Let’s spread the love ».

Quelles sont vos plus grandes influences musicales ?

On est des vrais amateurs de musique depuis un jeune âge donc ce serait difficile d’énumérer tous ceux qui nous ont grandement influencé. Nous avons tous grandi dans la fleur de l’âge du punk-rock soit celui des années 90. Les bands qui ont forgé cette scène sont entre autres Lagwagon, NOFX, No Use For A Name, Blink 182, Propagandhi, Satanic Surfers, Millencolin, Randy, etc… Sinon, nos influences vont de Dispatch et Sublime à RJD2, de Iron Maiden et Children Of Bodom à Brassens, de Great Big Sea et The Bandits of the Acoustic Revolution à Infected Mushroom, des Beastie Boys à Incubus pour n’en nommer que quelques uns.

Est-ce qu’il y a des sujets qui vous touchent particulièrement pour l'écriture des textes ?

Dans cet album, l’amour et la vie sont les thèmes les plus présents et nous tentons d’amener une certaine réflexion sur la manière de voir ces derniers dans nos paroles. Nous n’avons pas la prétention de vouloir sauver le monde, mais si nous pouvons aider à améliorer la vie d’au moins une personne, de la faire sourire quand il pleut, ce serait déjà partie gagnée. Il y a trop peu de chansons qui lancent un message d’espoir; sans dire que toutes nos chansons parlent de jours heureux, la plupart renvoient à l’idée d’être fort face à l’adversité.

De tous les groupes avec lesquels vous avez eu la chance de partager la scène, lesquels appréciez-vous le plus?

Nous avons apprécié jouer avec nos chums de Arms N’ Laces (Hugo et René) et notre chummy Ben Touzel étant donné qu’ils touchent la musique acoustique d’une manière intéressante. Sinon, les deux shows d’octobre 2007 avec les gars de The Doers (BC) ont été complètement malades.

Comment voyez-vous le futur pour The Acousticolics ?

On aimerait faire concurrence à Céline sur la scène mondiale. Sans blague, le futur semble prometteur car la réponse du public est bonne, notre motivation et notre inspiration ne cessent d’augmenter et nous avons finalement un CD afin de pousser le projet. On veut faire une petite tournée dans l’est cet été (Ontario, Québec, Maritimes) et promouvoir notre musique à travers le reste du pays. On a des contacts dans l’ouest qui pourraient nous aider à pousser le projet à long terme. On va commencer avec le lancement officiel au Dagobert à Québec le 16 janvier et on verra bien!

Espérez-vous éventuellement faire de la musique votre gagne-pain ?

C’est sûr que ce serait un rêve réalisé que d’en faire un gagne-pain mais pour l’instant, notre but ultime est de se faire du fun et de repayer la production du CD. Toutefois, à voir le succès récent d’artistes locaux comme Pascale Picard, ça donne espoir…

Question à chacun des membres : Votre Top 3 des meilleurs albums parus en 2007 ?

Voici le top 12 de tout le band, sans ordre particulier :

-Blockhead : Uncle Tony’s Coloring Book
-No Use For A Name – All The Best Songs
-Ben Harper and the Innocent Criminals : Lifeline
-Beastie Boys : The Mix Up
-Xavier Rudd : White Moth
-The Weakerthans : Reunion Tour
-Pascale Picard : Me, Myself and Us
-Feist : The Reminder
-Cunninlynguists : Dirty Acres
-Streetlight Manifesto : Somewhere In The Between
-Foo Fighters - Echos, Silence, Patience & Grace
-Artist Of The Year - Wreck La Discothèque

Quelque chose à ajouter pour conclure ?

Pour ceux qui ne nous connaissent pas personnellement, ne vous gênez pas de nous dire bonjour si vous nous voyez, dans la rue ou dans un show. Ce qui nous pousse à continuer, c’est de savoir qu’il y a des gens qui apprécient notre musique. En bout de ligne, c’est pour vous qu’on sort de notre salon et qu’on fait tout ça!

À propos

  • Région:
    Québec
    Ville:
    Québec
  • Style de musique:
    Acoustique
    Actif depuis:
    2005
    Maison de disques:
    New Horizon Records
  • Membres

    Julien Keller -
    Vocals, Guitar
    Paul Keller -
    Guitar, Bass, Vocals, Keyboard
    Mathieu Grégoire -
    Guitar, Bass
    Maxime Désilets -
    Djembés, Congas, Bongos
    Laurent Comtois-Martel -
    Drum, Djembé, Darbuka
    Kathleen Keller -
    Vocals
  • Courriel:

Concerts à venir

Aucun concert à venir

Audio

Aucune chanson n'est disponible pour écoute

Vidéos

Aucun vidéo à afficher

recherche
Calendrier
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

En ondes