Groupe du mois

  • eXterio

    Mois:
    Décembre 2008
    Entrevue avec:
    Dan, Jess, Loots et Martin
    Par:
    David Ouellet et Patrick Labbé

Le temps d'un café pour se réveiller un peu, commençons lentement! De qui est composé EXTERIO?

Martin : Y’a Dan et Jess; la fondation, la colle, le ciment, qui eux sont là depuis 1992 av. J.-C., de là la très longue barbiche à Dan. Et y’a Mart et Loots; le vernis, le code barre, l’emballage final, le chou sur le cadeau. Et puis notre 5ème joueur; Geronimo.

À quand remontent les débuts du groupe?

Dan : Juin 1992. Mais la formation actuelle, qui est selon moi la plus solide, date de fin 2006.

Vous avez récemment pris un peu de recul pour composer du nouveau matériel. Résultat, 80 nouvelles pièces ont été composées! Vous attendiez-vous à en faire autant avant de vous lancer dans ce processus de création?

Dan : En fait, on y allait comme bon nous semblait. Quand est venu le temps de faire une sélection, nous avons comptabilisé le tout et nous nous sommes rendus compte du nombre de chansons que nous avions travaillées.

Martin : De toute façon, on n’est pas de ceux qui croient qu’on peut faire un album de la mort en composant seulement 12 ou 13 chansons… On était bien installé dans notre local pis on avait le goût de passer la prochaine année à s’engueuler… Donc on a décidé de prendre notre temps et d’en composer le plus possible. Chose qu’on a faite sans pression, avec une couple de bières et nos odeurs corporelles.

Avec ce gigantesque lot de chansons, l'idée vous est venue de faire un album concept jamais vu jusqu'ici : L'Album Monstre. En quoi consiste ce concept nouveau-genre?

Dan : À la base, on voulait lancer un album. Évidemment que de choisir seulement 11 chansons avec un choix d’une soixantaine, c’était impensable. Jess a eu l’idée de répartir ça sur trois albums, mais en visant 3 marchés différents :

Partie 1 « Le Complot » : En magasins
Partie 2 « La Trappe » : Téléchargement numérique seulement
Partie 3 « Feu-Vol-Vandalisme » : Disponible seulement en concerts, dans un coffret, incluant un DVD et une clef USB…
Les 3 parties réunies dans le coffret forment L’Album Monstre.

A-t-il été difficile d'en venir à un consensus lors de la sélection des 33 pièces qui allaient finalement composer L'Album Monstre?

Loots : Ça s’est fait vraiment naturellement, au plus bizarre que ça puisse paraître! En plus, grâce aux trois parties qui ont chacune un style un peu différent, on dirait que ça a aidé à garder les chansons qui sortaient du lot. À nous quatre, on consomme des styles musicaux vraiment différents, mais quand il est question du groupe, on s’entend quand même plutôt bien.

Est-ce en quelque sorte une étude de marché que vous réalisez en offrant chacun des volets de la trilogie dans différents médiums?

Jess : Oui, on a notre propre étiquette et on a toujours aimé faire les choses à notre façon. On veut prouver qu’on est capable d’agir plutôt que de se plaindre que rien n’est fait. L’industrie change, c’est pas nouveau, mais on ne réalise pas qu’elle change mois après mois. L’industrie était différente en 2003, en 2005 et en 2008, elle est encore plus imprévisible. Il faut s’ajuster aux mouvements, EXTERIO propose un concept qui aidera peut-être à solidifier quelques fondations. De plus, on n’a pas besoin de demander la permission à personne!

Bien qu'il soit un peu tôt pour se prononcer, lequel des trois moyens de vente sera le plus efficace selon vous?

Martin : On ne le sait pas, c’est pour ça qu’on fait le test?!! J’utilise mon appel à tous… haaaa hellooo?! D’après Ken Dryden et son jackstrap en papier, la vente en magasins devrait être légèrement supérieure. Nous sommes par contre en plein changement, mais ce sera graduel. En tous cas… c’est ça qu’il m’a dit…

Avez-vous conçu chacun des volets en fonction d'un thème ou d'une direction artistique en particulier ou peut-être plutôt en fonction du marché sur lequel il sera lancé?

Loots : On dirait sincèrement que ça s’est fait tout seul. Une fois que la sélection des meilleures bombes a été faite, le monstre nous est apparu. On a décidé de voir ça sous l’angle d’un monstre (au sens figuré) qui en viendrait intelligemment à tout détruire sur son passage. D’abord un complot se forme, une attaque est lancée et le feu pogne. C’est un peu ça l’Album Monstre… Notre complot à nous, c’est le premier volet « Le Complot » : un disque de gros rock solide qui installe l’atmosphère. On lance ensuite le piège, « La Trappe », un rock alternatif (punk sur les bords) un peu plus humoristique qui a mis EXTERIO sur la map. Plus tard viendra le chaos, « Feu-Vol-Vandalisme », un dernier volet plus métal si on peut dire. Dans les mois où le concept est arrivé, on baignait dans l’atmosphère du premier extrait ; on voyait à la blague des conspirations partout. Mais reste qu’en quelque part, tout doute a son fond de vérité… Qu’est-ce qui est vrai et qu’est-ce qui ne l’est pas ?

Comment s'est passée votre collaboration avec Frank Joly lors de la réalisation de l'album?

Martin : Aussi pénible qu’à l’habitude! Non mais, c’est long attendre que Loots finisse ses tracks en regardant les revues de p*rn à Frank… Tout ça en mangeant du junk-food à s’en faire péter le ventre… ouff! Pas facile être nous… Frank a toujours su bien nous accueillir et travailler avec nous. C’est notre arme secrète… Ça, pis la barbe à Loots…

Parlant de vente d'album, la rumeur veut que vous ayez refusé que vos albums, dont les pochettes sont constitué à 100% de papier recyclé, soient vendus dans les Wal-Mart du Québec, pourquoi cette décision?

Jess : C’est une demi-rumeur. La réalité, c’est que les 20 000 copies vendues des deux premiers albums l’ont été avec l’aide de Local Distribution. Dans le temps, on avait le choix d’aller vers un gros distributeur (c’est pas les offres qui manquaient…), mais on est restés avec Local parce que c’était d’abord et avant tout un distributeur indépendant qui encourageait la relève et qui nous avait donné nos premières chances… et puis ensuite parce qu’ils ne nous obligeaient pas à être distribués dans les Wal-Marde, le genre de magasins qu’on ne voulait pas encourager du tout. Ils détiennent 30% des ventes de disques, c’est beaucoup considérant qu’ils n’ont que les titres mainstream. Normalement, tu te tires dans le pied si tu refuses d’être avec eux. On a fait le choix dans le temps et ça respectait une éthique en tant que band qui a sa propre étiquette DIY.

Ceci dit, en 2008, Local ne distribue plus de disques en magasins et Slam Disques a signé un deal avec DEP/Universal. Ça oblige le titre à se retrouver dans les WM s’ils en commandent, évidemment que le distributeur est là pour rouler sa bosse, et leur mandat c’est de vendre des disques… donc pour eux, ne pas être dans les WM, c’est se couper 30% de leurs revenus. Soit une possibilité de 2000-3000 copies peut-être du nouveau d’EXTERIO. C’est un détail non négligeable pour eux. On respecte définitivement notre distributeur et ses décisions, parce qu’il fait plus pour nous que nous pour notre nombril. On a fait notre part dans le passé, on passe maintenant à autre chose et surtout, on est très conscients que le numérique s’en vient et que WM ne pourra rien contre ça. S’tune question de temps.

Bien qu'on remarque une évolution marquée dans le son du groupe en général, les paroles aussi ont pris beaucoup de maturité, si je peux m'exprimer ainsi. Pourquoi avoir décidé de mettre de côté les Whippets et d'y aller avec des textes plus posés qui sans être lourds, sont plus sérieux?

Martin : J’pense qu’on était juste rendus là naturellement. On ne s’est même pas posé la question. Sur le nouvel album par contre, il y a toujours autant de métaphores « eXterio ». Faut croire qu’on vieillit tous… et nos fans aussi, j’imagine.

Le fait que Jessy soit également co-propriétaire de l'étiquette Slam Disques a-t-il eu une incidence majeure sur le parcours d'Exterio?

Dan : C’est sûr qu’il « primpose » (un mélange de proposition et imposition) souvent ses idées. Mais on a aussi un meilleur contrôle de certaines situations, comme pour la réalisation de ce projet.

Si je ne m'abuse, votre guitariste Loots est un nouveau venu? Comment s'est faite son insertion au sein du groupe? Qui est-il et depuis quand exactement s'est-il joint à vous?

Martin : Loots et moi étions dans le même groupe de cover avant que je devienne chanteur pour EXTERIO. Après le départ du premier guitariste d’EXTERIO (Nick), Loots nous a sauvé le cul en le remplaçant pendant une couple de show puis, de fil en aiguille, il s’est joint au groupe pour devenir le guitariste le plus membré du Québec.

Loots : C’est un bon résumé..! J’ai eu la chance d’être à la bonne place au bon moment… Si on peut appeler tout ça de la chance…! Pour répondre à ta question, je suis un jeune étalon brun à la barbe rousse dans la vingtaine, très actif dans son domaine, je viens de quitter la maison et je suis maintenant disponible sur RéseauContact.com.

Sur votre site Myspace, vous dites que la tournée de L'Album Monstre débutera en février, mais seulement 2 dates sont annoncées pour le moment, avez-vous décidé d'attendre la sortie du 3ème volet avant de retourner définitivement sur la route?

Jess : Non, on a simplement décidé de faire chaque chose en son temps comme tous les groupes, c’est-à-dire, faire des shows quand il y aura de la demande et ne pas faire semblant qu’il y a un buzz si y’en a pas. Donc, ça veut dire laisser les gens écouter l’album, tirer leurs conclusions, et par bouche à oreille les promoteurs auront envie de nous appeler pour booker des shows. On peut faire comme d’autres bands et faire semblant qu’on est ben « big » et qu’on book des shows jour après jour pendant 3 semaines, mais ça, ça fait des shows plates devant 30 personnes dans une salle de 400 places parce que t’as vendu la peau de l’ours avant de dire « fontaine, je ne boirai pas de ton eau »... ou quelque chose de même… Ça sera également synchronisé avec le volet 2 de l’Album Monstre, une bonne technique DIY de faire de la promo ciblée!

La citation du mois d'Exterio :

Dan : Ne pas vendre le cheval avant d’avoir tué la charrue qui transportera la peau de l’ours que le bœuf vient de rouler de la mousse!

Martin : Ou, F*%K la prostitution musicale! Sortez toute la distorsion que vous pouvez sortir de vos amplis, ne ralentissez surtout pas pour les médias!!! Faites de la bonne musique et on vous remarquera.

À propos

  • Région:
    Montréal
    Ville:
    Montréal
  • Style de musique:
    Métal, Punk & Rock
    Actif depuis:
    1992
    Maison de disques:
    Slam Disques
  • Courriel:

Concerts à venir

Aucun concert à venir

Audio

Aucune chanson n'est disponible pour écoute

recherche
Calendrier
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

En ondes