Groupe du mois

  • Sons of Disgrace

    Mois:
    Mars 2007
    Entrevue avec:
    Dave, Martin & Yann
    Par:
    Christian Ouellet & Martin Coutu

1. Votre biographie nous informe que «Les Sons of Disgrace ont vu jour en l'an 2006 lorsque plusieurs amis de longue date ont décidé de former la formation musicale à laquelle ils aspiraient depuis longtemps». Comment décririez-vous cette aspiration?

Nos projets étaient d’abord de jouer de la musique ensemble pour s’amuser; et, si l’opportunité se présentait un jour, faire un show ou deux allait être une bonne occasion de faire le party. De plus, l’amalgame de nos goûts musicaux était très homogène. Nous voulions ainsi jouer une musique simple mais solide, influencée par l’énergie du hardcore de la côte Est américaine et par le son des bands métal des années 90. À cette saveur s’est par la suite ajoutée une dynamique vocale directement influencée du Hip Hop et du NYHC.

Et les Sons of Disgrace sont encore aujourd’hui la même bande de graine qui jouent de la musique agressive et brutale et le tout dans une atmosphère bien arrosée.

2. Plusieurs d'entre vous faites partie de la scène hardcore depuis pratiquement une dizaine d'années étant d'anciens membres d'Inner Struggle, All Stars et Mi Amore. Comment décririez-vous l'état actuel de la scène? Considérez-vous que ça a changé comparativement à vos débuts?

En général, la scène se porte relativement bien. On a qu’à considérer la qualité des groupes qui y roulent leur bosse depuis longtemps tels les Fifth Hour Hero, A Perfect Murder, Final Word et Despised Icon qui mettent littéralement notre province sur la map.

Par contre, il en est autrement lorsque l’on constate le certain manque d’ouverture d’esprit et l’élitisme qui s’y sont installés il y a plusieurs années. Certains en ont oublié l’essence, soit l’opportunité de se réunir pour s’amuser à l’abris des contraintes et de la routine de la vie quotidienne. Un endroit où l’on peut dire tout haut ce que l’on pense tout bas et où la différence est encouragée.

Une autre problèmatique est le rétrecissement du répertoire musical underground traditionnel. Les jeunes doivent réaliser que la culture punk/hardcore va au-delà des 4-5 groupes tendances proposés par Musique Plus puisque malheureusement, l’emphase est maintenant mise sur l’image au détriment de l’intégrité.

Heureusement, il semble y avoir une belle relève à l’horizon.

Comment votre premier album a-t-il été accueilli par la critique? Êtes-vous satisfaits du résultat?

En fait, il ne s’agit pas d’un album mais bien d’un méga démo, enregistré suite à la parution des 4 premières tracks que l’on avait rendu disponibles sur Myspace et de la demande que cela avait engendrée. C’est un self tittled sur lequel on exhibe modestement notre première shit. Les feedbacks ont été très positifs et les ventes vont très biens aussi. Les gens semblent apprécier le genre de musique que l’on a à leur offrir.

Comment s'est déroulé l'enregistrement de votre album? Dave ne semble pas emballé lorsqu'on lui parle de studio.

En fait, la principale contrainte qu’ont rencontré les chanteurs en studio est l’absence de l’énergie de la foule et de la dynamique du groupe. De plus, nous sommes quelque peu déçus du résultat du mixing qui a été fait trop rapidement et sans prendre le recul nécessaire. À notre avis, le rough mix sonnait mieux que le résultat final.

Vos textes sont disponibles ni dans la pochette de votre album, ni sur l'interweb. Quels sont donc les messages véhiculés par le groupe? Votre performance sur scène donne l'impression qu'il s'agit de "Gangsta Hardcore". Me trompe-je?

Certaines personnes ont en effet sauté vite à la conclusion que nos lyrics étaient négatives. En effet, certaines chansons peuvent être sombres et vulgaires, mais on ne fait pas que dans la provocation non plus. Par exemple, la première chanson (1503) est une réponse à la violence policière et à l’abus de pouvoir. D’ailleurs, le titre de la chanson se réfère au 15 mars, la journée internationale contre la brutalité policière. La suivante (Invincible) est un message d’espoir pour les enfants gravement malades. Mart nous fait alors part de son expérience personnelle et de son combat contre le cancer qu‘il a vaincu à 12 ans. D’autres chansons traitent de sujets tels que la dépression, l’alcoolisme et même les peines d’amour…

Nos lyrics sont donc la somme de nos feelings, de nos mépris, nos vomissements et nausées de la vie de tous les jours. Nous avons aucune prétention de détenir une quelconque vérité, ni de faire la morale à qui que ce soit. De plus, fini la constipation du politicaly correct et si tu aimes pas ce qu’on a à dire, continues ton chemin sans t’y arrêter et that’s it.

Et pour en revenir au cliché du Gangsta Hardcore que tu as mentionné, nous n’avons aucunement l’intention de projeter une image de « tough guy ». On est simplement des gars qui aiment la dérision et qui veulent s’amuser. De toute façon, les gens qui nous connaissant savent qu’on est avant tout des gars de party.

Pourquoi avoir choisi d'avoir deux chanteurs dans le groupe ? Les paroles sont-elles composées en fonction qu'il y a deux voix sur scène?

La décision de fonctionner à deux chanteurs a d’abord été prise afin d’amener plus de possibilités. En effet, les alternatives rythmiques sont beaucoup plus grandes et la dynamique est intérressante! De plus, avoir deux chanteurs signifie avoir deux façons de penser et donc un bon défi à relever. Ca prend par contre beaucoup plus de temps à travailler pour atteindre un résultat satisfaisant. Enfin, plus y’a de monde et plus on dit de niaiseries.

Écrivez-vous vos paroles de façon à laisser une libre interprétation à l'auditeur, ou celles-ci sont très explicites ?

Notre règle de base est de dire ce que l’on a à dire et de la façon que l’on veut et ce, sans censure. La plupart de nos lyrics sont donc droites au but, mais au moins ce sont des lyrics sincères. Les gens peuvent ensuite l’interpréter de la façon qu’ils le désirent et s’en faire librement leur propre opinion. On ne voudrait surtout pas tomber dans le générique et dire ce que les gens veulent entendre ou répéter encore et encore les clichés hardcore.

Pouvons-nous nous attendre à du nouveau matériel en 2007? Comptez-vous continuer dans la même direction que votre première parution?

Nous sommes actuellement en processus de création. Côté musical, il y a définitivement une tendance plus prononcée vers le métal, notamment en ajoutant une couple de solos à la Kerry King ici et là! Le tout évidemment en gardant notre bonne vieille recette: simple, énergique et brutal. Nous sommes très fiers du résultat et vous pouvez être certain d’une chose: ça va faire mal!!!!!

Pourquoi avoir choisi de sortir votre premier album de façon indépendante? Comment pouvons-nous donc se le procurer?

Tout simplement parce que nous avons un Sugar daddy qui a cru en nous et qui nous a permis de le faire: Money Max! De plus, on est jamais si bien servis que par sois-même et on aime bien la façon D.I.Y. On verra toutefois ce que l’avenir nous réserve pour ce qui est d’un futur album…

Pour se procurer le cd, vous pouvez passer à la boutique La Casa Nostra (295 Arago Est), ou bien au X20, EXO… Sur le web, vous pouvez le faire sur ce site web, sur le site de Misanthrope, ou bien par l’entremise d’un membre.

Quoi penser des élections à venir prochainement? Est-ce que la politique vous importe?

Comme le dit si bien le dicton, si tu ne t’occupes pas de la politique, c’est elle qui s’occupera de toi. Nous ferons bien-sûr notre devoir de citoyen au cours du prochain mois. Cependant, nous ne prendrons pas position en tant que band puisque les opinions divergent entre nous. Il semble par contre évident que la couleur politique des S.O.D. soit le brun et que l’effluve en soit infecte!

Appréhendez-vous d'être les prochains A Perfect Murder à signer sur un important label tel que Victory (ou tout autre label hardcore tendance)?

Notre situation fait en sorte qu’il serait malheureusement difficile de tourner régulièrement. Nous avons tous des emplois stables et une situation financière à gérer. On va donc se limiter à ce qui est dans la mesure du possible. Pour ce qui est d’un label, nous verrons ce que l’avenir nous réserve et ce qui s’offrira à nous. Pour l’instant, les shows sont excellents, la réponse du public est au-delà de nos attentes, on s’amuse beaucoup et on en demande pas plus. Autrement, n’est-ce pas le rêve de tout individu de gagner sa vie en faisant ce qu’il aime? On ne se cachera pas que si l’opportunité se présente, on va la saisir sans se soucier du qu’en-dira-t-on.

Quel est votre lien avec les compagnies de vêtements Misanthrope et Bomb Nation? Êtes-vous habillés par ces derniers?

Nous encourageons bel et bien Bomb Nation car nous croyons en ce qu’ils font et la réciproque est aussi vraie. Nous portons son linge mais ce, par choix et à nos frais. Bomb Nation ont commandité notre self titled et nous ne leur demanderons pas de commanditer notre garde-robe en plus! Misanthrope quant à eux nous ont simplement offert une visibilité que nous avons accepté. Business is business!!!

Considèrez-vous qu'il existe encore une forme de racisme à Québec? Que penser des évènements survenus à l'Agitée au jour de l'an?

Malheureusement, il existera toujours des mouvements extrémistes prônant la haine raciale et le phénomène est bel et bien présent à Québec. De plus, il y a un manque flagrant de tolérance de la part de la population de cette ville ainsi qu’un manque de savoir vivre de jeunes cons désillusionnés en recherche d’un groupe d’appartenance.
Heureusement, il y a plusieurs individus impliqués dans la lutte contre ces mouvements. Les Sons of disgrace supportent entièrement la lutte contre le racisme et nous invitons les gens à ne pas rester muets face à cette cause. Props ici à Jo Marceau.

Pour ce qui est des événements du 31 à l’Agitée, nous sommes content que personne n’ait été gravement blessé et que le principal responsable soit emprisonné. Nous souhaitons également qu’il ne soit pas oublié.

Avez-vous déjà eu des démêlés avec des groupes (de musique ou non) n'ayant pas les mêmes visions que les vôtres?

Nous ne cherchons pas à confronter qui que ce soit pour des raisons stupides, fais pas chier et on te fera pas chier. Par contre, on cachera pas qu’on aimerait bien ruiner un show d’Underoath hahaha...

Un mot de la fin ?

Viens voir et entendre les Sons of Disgrace pour passer un méchant quart d’heure rempli d’histoires de cul, d’abus et de défécation!!! Attache ta tuque, attache tes oreilles pis attache ta blonde. Supporte ta scène et sois présent! À chacun son tour d’y mettre du temps.

PEACE

À propos

  • Région:
    Québec
    Ville:
    Québec
  • Style de musique:
    Hardcore
    Actif depuis:
    2006
    Maison de disques:
    Indépendant
  • Membres

    Mart -
    Vocals
    Dave -
    Vocals
    Vince -
    guitar
    Marc -
    guitar
    Yann -
    Bass
    Mick -
    Drums
  • Courriel:

Concerts à venir

Aucun concert à venir

Audio

Aucune chanson n'est disponible pour écoute

Vidéos

Sons of Disgrace - https://youtube.com/devicesupport

recherche
Calendrier
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

En ondes