Boulimik Foodfight

  • Région:
    Montérégie
    Ville:
    Belœil
  • Style de musique:
    Punk
    Actif depuis:
    1995
  • Membres

    Seblast Le Loup -
    Défonçage de peaux
    Sasquatch Yohan -
    Basse gras trans
    HeineMiken -
    Saccades à six cordes
    Ivan Fuckoff -
    Polka poui poui
    Syphon J -
    Gorge écorchée
  • Courriel:

Biographie

Chapitre premier

En février 1995, pendant que le monde tourne autour du procès d'O.J. Simpson, quatre jeunes poilus fomentent une conspiration en coulisses. Les coulisses? Les couloirs de la polybel. La conspiration? Mettre sur pied un band "pogne croque" qui pète des yeules. Mike, JF, Yohan et Xavier font du sous-sol de ce dernier leur quartier général. Ils composent "Touch down" pour dénoncer la mardiatisation du procès d'O.J., "Fool the school", hymne adolescent au décrochage et "B-226", chanson franco composée en état paranoïaque/clostrophobe lors d'une suspension, enfermé dans un local exigu. Le complot prenait forme... Chaque semaine, les guérilleros réunis sous le nom "Boulimik Foodfight" se rassemblent et composent de nouvelles chansons sur leur arsenal musical. Leur mascotte de l'époque: Bongo, le rottweiler de Xavier, grand mangeur de baguettes, de feuilles de paroles, de pics de guitare et surtout, de patience. Tout le monde dans le band écoute du Dead Kennedys et tous aussi s'entendent pour dire que Bon Jovi, c'est d'la MARDE!!! JF fait découvrir Crass à Yohan qui lui fait découvrir Black Sabbath. C'est le début d'une grande amitié... Mike et Xavier sont d'accord sur la suprématie de Suicidal Tendencies. Beaucoup de découvertes restent à faire...

À cette époque, Mike souffre grandement de satyriasis et la forte poitrine de sa copine n'aide aucunement sa situation. Il tente de surmonter ses pulsions mais son manche l'emporte sur son manche de guitare et il quitte le band pour aller FOURRER (ce ne sera qu'une situation temporaire car comme vous le savez, Mike est toujours bien actif au sein de Boulimik) ! Pour pallier au départ de Mike, Xavier propose d'intégrer au groupe son ami Joss et la troupe déménage ses pénates dans un local au studio Plante Verte. Le local en question est l'ancien local de Men'o'Steel et l'endroit est une dompe. Les boulimiks s'accomodent du dépotoir comme d'un salon. Après avoir sorti le divan qui sentait la pisse, les Boulimiks en rentrent un autre et ensuite, la torche et les couteaux sont restés chauds longtemps. Carling, manque d'hygiène et guerres de tacks!!!

Les Boulimiks pratiquent pendant plusieurs mois dans des conditions insalubres et vers la fin de l'année 1996, ils donnent leur tout premier spectacle au Bar Le St-Antoine à St-Hyacinthe en compagnie d'Overbass et d'Anonymus. Après un gros joint de hasch sur la rue Cascades, ils foulent les planches et garrochent 12 tounes tout croches. Le ton est donné. Ils ne feront jamais un spectacle parfait. Quelques shows suivent le premier, les Boulimiks jouent avec Blood Sausage, BARF, Self Control, Dayglo Abortions, Groovy Aardvark, Necrotic mutation, Ghoulunatics etc... Plus le temps passe, plus les boulimiks se font comparer à un heureux mélange de DK et de Plume, ce qui leur convient parfaitement. Ils rêvent de kidnapper Mononc' PluPlu, de lui raser un mohawk et de le séquestrer afin qu'il écrive des tounes punks. Leurs idéaux digne de felquistes illuminés sont complètement inutiles car pour composer des chansons qui ont la "drive" désirée, les Boulimiks eux-même s'en tirent très bien. Ils multiplient les spectacles pendant lesquels ils prennent plaisir à lancer dans l'audience des tranches de bacon et des saucisses à hot-dogs. Ils laisseront tomber ce hobby après que Xavier se soit tanné de dérouler les tranches de porc fumé d'autour de ses pieds de cymbales et de déloger les saucisses qui avaient élu domicile dans son base-drum. Après s'être fait détester dans plusieurs villes et barrer de quelques salles de spectacles, les Boulimiks ont maintenant une base de fans en colère et ils se doivent d'enregistrer un album. Mais la vie ne le voulait pas ainsi. Effectivement, Joss décide qu'il n'a plus l'énergie de voyager de MTL jusqu'à Beloeil toutes les semaines (sic) et Xavier part sur une fripe en Europe. Les Boulimiks perdent d'un seul coup leur guitariste et leur drummeur. Yohan et JF se retrouvent seuls, soûls et sans permis au volant d'une minoune qui roule trop vite et qui menace de rendre l'âme incessamment. Nous sommes en 1998. Leur irresponsabilité est fllagrante. Arriveront-ils à ressuciter Boulimik?

Chapitre deuxième

À la recherche d'un batteur et d'un guitariste, les deux compères optent pour la solution facile. En effet, Mike l'éternel érectile et Mat "Gros Gras" Grenier squattent le local des Boulimiks et produisent une cacophonie cauchemardesque sur leurs instruments désuets. Yohan et JF se disent donc "ouate de phoque" et invitent cordialement les deux zigotos à devenir des Boulimiks. Mike réintègre donc le groupe et Gros Gras réalise un rêve en devenant le drummeur attitré de Boulimik Foodfight!!! Le quatuor fait ses boîtes à nouveau et élisent domicile chez Gros Gras. Son drum blanc des années 80 est une honte à la profession mais bon, ce n'est qu'un truc de plus dont les Boulimiks peuvent se foutre. Et vogue la galère...

Ayant assisté à précisément 1348 répétitions de Boulimik, Gros Gras connaït déjà toutes les chansons par coeur: son apprentissage est donc rapide. Sa qualité de jeu laisse à désirer: il mérite donc pleinement sa place au sein de la formation. Derrière son drum, il ressemble à une pieuvre néolithique qui ahane et crapahute sur un tas de bois en pleine tempête de sable. Ça mes amis, c'est ce qu'on appelle du STYLE!!! Son mode de vie d'enfant gâté lui a fait gagner plusieurs kilos, les pratiques de Boulimik le feront fondre en sueur sur son tabouret souffrant. Ça mes amis, c'est ce qu'on appelle du SPORT!!!

Mike fréquente toujours sa créature callipyge et pulpeuse mais le peu de sang qui continue d'irriguer son cerveau lui permet de comprendre qu'une deuxième chance n'est pas une chose sur laquelle on crache. Il plonge donc tête première dans l'aventure et délaisse un peu le sexe au profit de la drogue et du rock'n'roll. Les chansons composées depuis son départ lui plaisent et il les joue avec plus de hargne et de violence que Joss. Il amène des nouveaux riffs qui pètent des yeules et tout le monde est content dans une famille heureuse.

Les shows recommencent à pleuvoir et les Boulimiks sont fiers de jouer dans des endroits plus farfelus les uns que les autres devant des fous enragés qui en veulent toujours plus. BFF n'a plus le choix. Ils se doivent d'enregistrer leurs compositions. Avec le très peu d'argent qu'ils ont à leur disposition, les quatre pas fins entrent au studio Plante Verte dans la plus grande ingénuité, avec une ignorance déconcertante. Leur manque d'expérience fait pleurer le technicien de son et leurs techniques défaillantes cause la calvitie de Claude Paré qui leur en veut encore à ce jour de la disparition de son ancienne tignasse chatoyante d'abondance.

Dans le sang et la douleur, le premier bébé des Boulimiks voit le jour. C'est un affreux petit nourrisson prématuré de 15 tounes. Les pauvres parents punks l'appellent ABUS LUCRATIF. La pochette est dessinée par Martin "Boim" Boileau, tatoueur de Saint-Hyacinthe, ami de BARF, GHOULUNATICS et consorts, ainsi que de Chang, le cousin à Yohan. Il pond une grosse tout trempe portant une couronne et dévorant du junk food avec un appétit féroce. Pour ce qui est des paroles, JF et Yohan exécutent un collage (ce qui restera pour longtemps la signature Boulimik pour qui l'informatique est un mystère) et le roule comme un diplôme pour accompagner l'album. Cette idée incongrue était pourtant puissamment symboliste: le diplôme servait à accueillir les gens qui achetaient le premier album dans la Grande Fraternité Boulimik. Leur place au sein de la famille était assurée. 250 copies seulement ont été imprimées et distribuées. Tout au long des années qui suivent, cet album ne cessera jamais de hanter les Boulimiks. Les fans de la première heure voudront toujours entendre leurs vieilles tounes. Même EXCÈS DE RAGE, le monologue à JF qui clôt le disque (la cassette à l'époque) deviendra un énorme fantôme. Partout au Québec, des jeunes punks en feront leur hymne et harcèleront JF pour l'entendre encore et encore. Même chose pour J'AI DOUBLÉ MA PRÉMATERNELLE. Boulimik ne fera jamais un show sans la jouer.

Avec enfin un album en main, BFF fonce à vive allure à l'attaque de la scène punk et envisage de défoncer le mur des convenances et de la bienséance. Ils n'en font qu'à leurs têtes. Les hippies les traitent de punks et les punks les traitent de hippies. Rien à foutre. Long live the POIL!!! Sans s'inquiéter, ils empruntent une route cahoteuse semée d'embûches qui les fera trébucher à maintes reprises. Toujours ils se relèveront et toujours, ils recommenceront à avancer sans jamais s'inquiéter de ce qu'on pense d'eux. Leur slogan: Si vous êtes pas capables de nous sentir, enlevez-vous donc les doigts d'dans l'nez!!! Anarchistes jusque dans leurs bobettes, les Boulimiks ont des couilles en acier et le feu au cul. Idéalistes idiots et rêveurs révoltés, BFF vous pisse à la gueule. La fin du millénaire approche à grands pas, nos quatre clowns survivront-ils au Bogue?

Chapitre troisième

À cette époque, une terrible maladie contagieuse sévit et elle étend ses tentacules jusque dans la population punk, causant des dommages irréparables. La maladie en question: le SKA. JF est légèrement touché mais ses anticorps punks sont forts et lui permettent de gagner le combat contre l'infection. Il s'en tire indemne, avec seulement quelques séquelles mineures. Par contre, Gros Gras est gravement atteint. Il contracte le virus, développe les symptômes et tente d'infecter ses comparses. Les trois autres Boulimiks résistent à l'envahisseur et se débattent comme des diables dans l'eau bénite afin d'éviter la contagion. Gros Gras n'arrivera jamais à ses fins. Incapables de voir leur ami dans ce piteux état, les trois irréductibles font un choix difficile et décident d'éliminer leur drummeur afin d'abréger ses souffrances. JF l'assomme avec son micro et Yohan le tabasse avec sa basse. Mike, livide et désorienté, assiste au massacre sans y participer. Après l'avoir roué de coups, les deux bourreaux lui plante une baguette de drum en plein dans le coeur. Gros Gras, avant de rendre l'âme, prononce ces dernières paroles: "Skayoye! Skavez-vous fait là? Ska fait mal!!!" Il décède des suites de ses blessures et certaines personnes dans l'entourage des Boulimiks affirment l'avoir vu après sa mort. On dit qu'il serait ressucité et aurait vécu une nouvelle existence souterraine au sein de la formation Too Stone To Skank.

À la recherche d'un nouveau drummeur, BFF se tourne vers Sébas "Le Loup" avec qui Yohan a déjà joué quelques années auparavant. Ils jammaient des tounes de Carcass, de Bolt Thrower et de Napalm Death, preuve que Sébas a de l'énergie à revendre. Il est le choix parfait, l'évidence même, le chaînon manquant pour que Boulimik devienne une Unité. Les gars déménagent à nouveau et envahissent la grange du père à Sébas. L'arrivée du Loup dans BFF marque le début d'une période hyper créatrice pour le groupe. L'ambiance de la grange est parfaite: du bran de scie, des outils, de la machinerie et un enclos à poules avec un coq qui chante entre chaque toune! L'endroit convient merveilleusement bien à nos bums de la campagne et leur musique s'en ressent. Ils deviennent vite meilleurs et tout le monde est surpris. Les nouvelles chansons torchent plus qu'auparavant et les paroles deviennent plus personnelles. Les Boulimiks chantent leur vie et leur vie est bonheur. Toujours aussi enragés mais plus frivoles que jamais! BFF se situe exactement là ou la haine rencontre l'amour, à la jonction de la joie et de la colère.

Le premier show à Sébas fut un plein-air à Ste-Madelaine en compagnie de Unhuman, de Jigger Nuts et d'une trâlée d'autres groupes. Tellement nerveux de jouer devant un public, le Loup s'est dignement soûlé la face, tellement qu'il ne se souvient aucunement de sa prestation. Total blanc de mémoire! Son apprentissage du mode de vie Boulimik était complété. Il est des nôtres... Les shows qui suivront celui-là seront tout aussi chaotiques. Satisfaits de leur réputation d'ivrognes notoires, BFF s'en accomode béatement et rien de ce qu'ils font n'est fait dans la sobriété. Poivrots à s'en faire péter le foie, les Boulimiks trinquent admirablement et les shows deviennent un prétexte pour s'enivrer jusqu'à plus soif. Autant pour le groupe que pour les fans, un spectacle de BFF est une foire ou l'alcool coule à flots et ou l'inhibition n'est pas de mise. Tout est permis, rien n'est interdit. À Roberval, JF paqueté jusqu'aux os pisse dans le tiroir à ustensiles du promoteur. À Amos, les quatre comiques s'obstinent pour savoir qui est le plus chaud, le gagnant se méritant le droit de conduire le truck loué. À l'Anthurium de Beloeil, Yohan a besoin de quelqu'un derrière lui pour le soutenir sans quoi il tombe sur le cul. Au Lac Saint-Paul dans le coin de Mont-Laurier, ils écrivent un titre de chanson sur chaque bouteille de leur caisse de 24 et ils pigent une bière au hasard dans le caisson pour décider quelle toune ils jouent (le show dura une heure et toutes les bières étaient vides). À la maison des jeunes de Boucherville, ils refusent de jouer sans bière et exigent leur paye à l'avance (2 caisses de 24), se mettant à dos tout le staff de la maison. Au Théatre de la ville à Longueuil, un JF périmé trashe nu-pieds en g-string d'Anonymus. À Sanair, sur la grosse brosse sale, ils organisent avec les Ghoulunatics un concours de lancer du divan! À Québec, Mike continue à jouer sur le dos après avoir glissé dans une superbe flaque de bière. Etc, etc, etc...

Dans cette atmosphère déchaînée de joyeux bordel, BFF retourne en studio chez Plante Verte armés de 18 chansons-matraques. Ils enregistrent leur nouveau matériel en deux temps trois mouvements vu leur budget déficient et l'album qui naît de cette session expéditive porte le nom "Grossir selon ses moyens". Sébas et JF réalisent un projet plus grand que nature en faisant un collage démentiel pour illustrer les paroles. Ils passent un temps fou à éxécuter cette oeuvre d'art mais le résultat est époustouflant. La compagnie de duplicata chicane les Boulimiks pour n'avoir pas fait leur collage selon les standards d'imprimerie. BFF en rit de plus belle. Rien n'est trop beau pour la classe ouvrière! Tout est possible pour des fous furieux! Ils impriment 1000 copies qui se vendent comme des petits pains chauds et l'album devient vite un classique dans le milieu fermé du punk au Québec. Ramon Vitesse les désigne comme étant les dignes successeurs de BARF et qualifie le disque de meilleur album indépendant depuis "Vedgis, vedgis et revedgis" des Flocons Givrés. C'est l'âge d'or des Boulimiks. Seront-ils aptes à faire garder le cap au navire?

À suivre...

Discographie

  •  : Photos de famine

    Photos de famine

    Sortie:
    17 septembre 2006
    01.
    Tiroir à bobettes
    02.
    Patriote dog
    03.
    Esker
    04.
    La mienne! La tienne!
    05.
    Méditation
    06.
    On veut du sang
    07.
    S'prélasser su'l'prélart
    08.
    Les biscuits
    09.
    Mute ta yeule
    10.
    Visite guidée
    11.
    La chatte bottée
    12.
    Le parfait de l'inconditionnel
    13.
    Le va-nu-pied, boit-sans-soif, hors-la-loi
    14.
    En sol mineur
    15.
    Journée brune
    16.
    La vie est belle
    17.
    Une bouteille à la mer
    18.
    Tout à l'égout
    19.
    L'anarchie pour les nuls
    20.
    Le vendeux d'tapis (changement de cap)
    21.
    La soif du désarroi
    22.
    Brouhaha
    23.
    Comptine
    24.
    N.A.S.
  •  : Grossir selon ses moyens

    Grossir selon ses moyens

    Sortie:
    27 avril 2001
    01.
    Prends-en une bonne
    02.
    939
    03.
    La route est longue
    04.
    Le fou du roi
    05.
    MPL
    06.
    Ti-Guy pi sa gang
    07.
    J'ai vu mon ombre
    08.
    Auto-congédiement
    09.
    Su'l'bord du ch'min
    10.
    J'ai doublé ma pré-maternelle
    11.
    Chémêmpukessékechfè
    12.
    Tête de cochon
    13.
    Sens unik
    14.
    Maxi et cie.
    15.
    Signe distinctif
    16.
    Tony la pie
    17.
    Old nice eye
    18.
    Wipe out
  •  : Abus Lucratif

    Abus Lucratif

    Sortie:
    15 août 1998
    01.
    Germophobe
    02.
    Sens unik
    03.
    J'ai doublé ma pré-maternelle
    04.
    Zone sinistrée
    05.
    La mienne, la tienne
    06.
    L'autoroute en déroute
    07.
    Sheep
    08.
    Système digestif
    09.
    État comateux
    10.
    Minuit passé
    11.
    La nôtre, la leur
    12.
    Touch down
    13.
    On veut du sang
    14.
    Fin à la faim
    15.
    Excès de rage

Amis de la scène

Aucun ami à afficher

Commentaires

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire. Vous pouvez vous créer un compte rapidement dès maintenant. Si vous disposez déjà d'un compte, vous pouvez vous connecter en utilisant le formulaire situé en haut à droite de cette page.

Commentaires

Aucun commentaire n'a été ajouté. Soyez le premier à le faire!

Audio

Aucune chanson n'est disponible pour écoute

Concerts à venir

Aucun concert à venir

Concerts passés

L'hemisphere gauche, Montréal

Pub Hériot, Saint-Hyacinthe

Chalet de Mars, Sainte-Angèle-de-Mérici

Bar Le Devin, Waterloo

Katacombes, Montréal

Vidéos

Aucun vidéo à afficher

Nouvelles

  • Texte inédit, chanson du prochain album

    Lundi, 16 mars 2009

    Bande de petits chanceux! Nous vous dévoilons en primeur le texte d'une de nos nouvelles tounes. Elle sera sur notre prochain album (dont nous vous ca...

    En savoir plus

Tweets Récentstweets

Aucun tweet à afficher

recherche
Calendrier
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     

En ondes