Groupe du mois

  • Mashamba

    Mois:
    Avril 2008
    Entrevue avec:
    L'ami Francki
    Par:
    David Ouellet et Patrick Labbé

Pour débuter en force, qui sont les Mashamba et quel est le rôle de chacun au sein du groupe ainsi que dans la ‘’vraie vie’’ ?

Mat frappe sur la batterie et est un technicien de son. Pyjon est boucher et chante aussi bien qu'il joue du couteau. Max maîtrise aussi bien la basse que l'arc à souder, et moi, (Francki) je suis guitariste et permanent d'une association étudiante.

D’où vient le nom Mashamba ?

Ouais bien c'est un peu compliqué car ça veut dire un tas de trucs différents en plusieurs dialectes africains. Mais la traduction première signifie village ou communauté. Nous voulions tout d'abord un nom qui ne soit ni en français ni en anglais.

À entendre les propos tenus sur votre dernier album ‘’ Phénomène de foire ’’ il serait facile de vous décrire comme étant un band engagé. Y a-t-il des causes qui vous tiennent plus à cœur ?

En fait mon sujet de composition favoris est la politique, alors c'est un peu par défaut si nous nous retrouvons avec l'étiquette de groupe engagé. Par opposition nous ne disons pas d'un groupe qui parle des abeilles et du soleil que ce n'est pas un groupe engagé. C'est un adjectif qui sert aussi à certains groupes afin de cacher un manque de substance. En clair, la bêtise humaine étant infinie, c'est peut-être notre sujet de prédilection...surtout dans une ville de X...

Pourquoi avoir choisi de vous exprimer en français plutôt qu’en anglais, la langue dite universelle ?

Le français est tout simplement ma langue. Je ne crois pas que nos textes auraient autant de profondeurs en anglais. C'est peut-être une langue universelle, mais artistiquement parlant, je crois que ça nous a donné plus d'opportunités de chanter en français

Est-ce que le fait d’être un groupe revendicateur vous a déjà ouvert et/ou fermé des portes tout au long de votre parcours ?

Je crois que ça na rien changé. On établi peut-être plus facilement des liens avec d'autres groupes qui partagent nos préocupations mais pour l'essentiel, nous faisons de la musique, pas de la politique active.

Quelles sont vos influences musicales ?

Moi et Pyjon (voix) avons été influencés par d'autre groupes de l'école française de punk hardcore comme Lofofora, Watcha ou Tagada Jones avant même la création de Mashamba. Cependant nous écoutons absolument de tout comme groupe, du dub ou hip-hop en passant par le death métal ou le funk. Nous aimons la musique purement et simplement.

Vous avez tourné en Europe avec Akirise dernièrement, vous pouvez nous faire un petit résumé de cette tournée ?

Beaucoup de travail et d'organisation. N'ayant pas de labels et de tourneurs, nous avons acquis une expérience incroyable avec cette tournée intercontinentale! Le projet a pris forme au mois de juillet 2006 et nous avons accueilli Akirise, un groupe de Mâcon en Bourgogne, pour 7 dates communes au Québec en septembre 2007 et nous avons fait le match retour en octobre pour 12 dates en France et en Belgique. Beaucoup de kilomètres, de bières bon marché , de jambon-beurre et de manque de sommeil!

Vous avez aussi fait des dates avec eux au Québec, lequel des deux volets s’est le mieux déroulé ?

Il est évident que de découvrir un autre continent laisse de bon souvenir comme celui de jouer avec nos amis de Tagada Jones dans leurs terres bretonnes où les gens sont incroyablement sympathiques. À savoir quelle portion s'est le mieux déroulée ça dépend de l'expérience de chacun.

Suite à cette expérience, qu’est-ce qui selon vous différencie la scène musicale ‘’underground’’ Française de celle du Québec ?

Au Québec, la plupart des groupes sont conscients du fait qu'ils ne vivront probablement jamais de leur musique, alors le climat est beaucoup plus convivial et amical. En France, le bassin de population francophone permet aux petits groupes de croire en leurs chances de devenir le prochain hype. De plus, il y a un esprit de compétition et de jalousie fort entre les groupes d'une scène qui , ironiquement, se targue de son ouverture d'esprit. Avec le recul, je crois que nous avons une très belle scène underground québécoise!

Puisque plusieurs groupes québécois aspirent à jouer en France, on va y aller d’une question pédagogique! Du point de vue légal, est-ce que ce fut compliqué pour vous d’accéder au Vieux Continent ? Les visas ont été difficiles à obtenir ? Ça s’est bien passé aux douanes ? Vos instruments ont été bien traités ?

Nous avons fait tout ça de façon plus ou moins clandestine car sinon c'est presque impossible de pouvoir aller jouer en France. Il aurait été sûrement plus facile de transporter des visiculaires biliaires de pandas en contrebande que de passer par la voie officielle. Le meilleur moyen est sans doute d'établir un échange avec un groupe français et de ne rien apporter côté matériel afin de réduire les coûts au maximum et les chances de se faire contrôler aux douanes. En résumé tout c'est très bien déroulé en jouant les touristes...

Dans le « royaume de Sarkozy », avez-vous ressenti une aversion envers vos positions politiques et sociales ou plutôt, avez-vous eu l’impression de répondre à l’appel d’une population insatisfaite et mal représentée ?

Aversion?Non pas du tout parce que de toute manière, les gens allant dans les concerts punks sont majoritairement très à l'aise avec nos positions politiques. Cependant il y a un grand vide dans la jeunesse contestataire française qui semble se complaire dans une insatisfaction de surface face au pouvoir Sarkoziste. Un peu comme si la somme du travail à faire était trop grande et qu'il ne restait plus qu'à boire dans son salon en attendant le messie. Nous avons les dirigeants que nous méritons que se soit Sarko, Harper ou Bush. La rue doit redevenir un espace de débats et de changements politiques et non pas seulement le lieu de manifestations devenues avec le temps folkloriques. Dans ce contexte, la scène musicale indépendante a un très grand rôle à jouer.

La formation a-t-elle subi des changements en près de cinq ans d’activité ? Si oui, avez-vous un conseil à donner ou un simili mode d’emploi pour les groupes faisant face à ce problème ?

Oui, nous avons eu 3 bassistes, depuis le début de Mashamba, qui nous ont quittés mais avec qui nous entretenons toujours une amitié forte. Un conseil? Inventez des bassistes-robots...

Vous avez choisi de travailler avec Jef Fortin (ex Dread, Anonymus) pour la production de votre dernier album « Phénomène de Foire », comment s’est déroulé l’expérience ?

Fantastique! Nous avons eu beaucoup de plaisir à enregistrer l'album avec Jef dans son hameau de Ste-Marthe-sur-le-lac et sommes bien heureux du résultat pour un premier album. D'avoir une oreille extérieure nous a grandement aidé dans la réalisation. En plus, Jef est tout simplement un mec très sympathique!

Cet album est paru de façon indépendante, êtes-vous à la recherche d’un label ou préférez vous continuer dans la voie indie ?

Nous n'avons pas voulu attendre, avant d'enregistrer l'album, qu'un label se pointe le bout du nez. Nous avons toujours été pro-actifs comme groupe que se soit dans la promo ou dans le booking alors même si nous sommes à la recherche d'une étiquette, nous gardons les pieds en mouvement.

Un mois d’avril bien rempli est à votre agenda. Où et quand pourrons nous voir un spectacle de Mashamba ?

Nous serons en préstation radio pour le radiothon de CKRL 89.1 le vendredi 4 avril à 23h. Nous prendrons par la suite la route pour trois concerts en compagnie de Lofofora et Tagada Jones le 18 avril à Québec, le 19 à Drummondville et le 25 à l'Islet. Nous terminerons le mois en compagnie de MAP et de Guérilla Poubelle le mardi 29 à l'Agitée.

Pour terminer quel serait, en une phrase, un monde idéal selon Mashamba ?

Aimez-vous les uns les autres?

À propos

  • Région:
    Québec
    Ville:
    Québec
  • Style de musique:
    Hardcore & Punk
    Actif depuis:
    2003
  • Membres

    Fred -
    Voix
    Francki -
    Guitare et textes
    Luke -
    Basse
    Mat -
    Batterie
  • Site officiel:
    www.myspace.com/mashamba
    Courriel:

Concerts à venir

Aucun concert à venir

Audio

Aucune chanson n'est disponible pour écoute

Vidéos

Aucun vidéo à afficher

recherche
Calendrier
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

En ondes