Groupe du mois

  • Never More Than Less

    Mois:
    Janvier 2008
    Entrevue avec:
    Partick Labbé
    Par:
    Christian Ouellet

Patrick et Paul, bonsoir.
Débutons en lion avec une présentation éclair du quatuor.

Never More than Less est un collectif de Québec formé en 1999 par quatre chums du secondaire dans le but de rassasier leur besoin commun de créer et de s’exprimer. Aujourd’hui, l’équipe est constituée de Louis Martineau (guitare), David Ouellet (basse), Patrick Labbé (batterie et voix), Paul Di Giacomo (voix) ainsi que de nombreux collaborateurs dont deux « membres fantômes », soit Louis Laroche (VJ, infographe, photographe, webmaster) et Olivier Potvin (technique de scène).

Pourquoi jamais plus que moins?

[Patrick] Parce que!! Haha! Ça remonte à loin disons… Une soirée d’été bien arrosée en 1999 a fait naître une série de quatre lettres dans ma tête… Never More than Less était alors né! Par contre, si on parle de signification profonde, je dirais que ça traduit notre constante recherche d’équilibre en tant qu’artistes et individus. Musicalement, on aime beaucoup jouer avec les nuances et les extrêmes. Jamais plus que moins, ça cadre bien avec notre tendance à vouloir intégrer un niveau technique et une recherche sonore dans une musique essentiellement simple et presque pop par moment. Voilà!

Vous définissez votre musique comme étant du "artcore". Peux tu développer sur la signification "artcore" pour toi...

[Patrick] Pour moi, le « artcore » c’est un propos, des idées, de l’agressivité, de l’intensité et de l’authenticité, tous typiques au mouvement hardcore, mais où les limites du style n’existent pas. La démarche artistique de NMTL est d’intégrer différentes formes d’arts, de musiques et d’ambiances au sein d’une expérience fondamentalement punk, rock et hardcore. Nous cherchons davantage à produire de l’art que de la musique « bonbon » ou « insignifiante ». C’est entre autre pourquoi, dans nos concerts, on peut facilement décider d’intégrer des éléments visuels, des comédiens ou des artistes de cirque si ça peut venir au service des chansons et venir enrichir l’expérience des spectateurs.

Quelles sont vos plus grandes influences musicales?

Ouff!! Là, on pourrait t’écrire un roman! Nous sommes tous très mélomanes et chacun d’entre nous a touché à divers styles de musique en tant que musiciens alors ça fait tout un amalgame! Disons que le noyau principal provient de groupes tels que Refused, Nirvana, Tool et Deftones. Mais franchement, plusieurs artistes réputés et d’autres issus de l’underground ont également une part très importante d’influence. Je pense entre autres à des bands comme les Beastie Boys, Radiohead, les différents projets de Devin Townsend et ceux de Mike Patton, At the drive in, Death from above 1979, Portishead, Björk, Porcupine Tree, Arcade Fire, Isis, etc. Si on se base sur les groupes plus près de notre scène, des bands comme Alexisonfire, Thrice, Unearth, Underoath et Avenged Sevenfold ont tous fait partie de nos « playlists » personnelles au cours des dernières années alors nécessairement, ça a dû avoir quelques répercussions inconscientes sur notre musique. Du point de vue de la musique classique, Nikita Koshkin est une influence majeure pour nous; même chose pour John Zorn du côté de la musique jazz et actuelle.

Vous jouez de la musique ensemble depuis maintenant 8 ans. Comment cette relation basée sur la confiance et le respect a-t-elle débutée?

On s’est rencontré au secondaire. On était chums avant d’être collègues dans un groupe de musique. On a commencé à jammer ensemble pour le simple plaisir de la chose. Et au fil des années le hobby est devenu plus sérieux et on a commencé à pousser plus. Mais à la base, notre groupe c’est d’avoir du fun entre chums.

La formation a-t-elle subie des mutations depuis le début de son existence ?

En toutes ces années d’existence, une seule modification s’est faite au sein du groupe et elle s’est effectuée en avril dernier. Par respect envers lui-même et NMTL, Éric (basse) a décidé de passer à autre chose… Les tournées devenaient un élément de plus en plus présent dans la réalité du band et notre choix était clairement de faire encore et toujours plus de shows. Afin que nous puissions continuer, Éric a préféré partir. On a trouvé un vrai guerrier en la personne de Dave. Il est toujours prêt à sauter dans la van et faire tous les sacrifices que ça peut engendrer.

Vous semblez mettre beaucoup d'emphase sur votre profil MySpace et Facebook. Croyez-vous qu'avec ces technologies gratuites et accessibles à tous, le bon vieux "site web officiel" est en voie d'extinction? Avez-vous comme objectif de posséder le vôtre un jour?

[Patrick] Je ne crois pas que le « site web officiel » soit en voie d’extinction. Toutefois, je crois qu’il peut désormais être utilisé pour des choses plus exclusives; que ce soit des fiches techniques pour les producteurs, de dossiers de presse pour les médias ou des paroles de chansons pour les fans. Ce qui est intéressant avec MySpace c’est que ça nous permet d’avoir un contact direct avec nos fans. Nous l’utilisons davantage dans une perspective de fan club que de site officiel. Présentement notre site est en mise à jour, c’est pourquoi www.nevermorethanless.com redirige vers MySpace et Facebook. Ces nouvelles technologies gratuites ont l’avantage pour nous de rejoindre facilement notre public peu importe où nous sommes en tournée. Il ne suffit que d’une connexion WiFi et le tour est joué. Comme outil de promotion, c’est très efficace.

[Paul] Il y a certains groupes qui refusent d’utiliser Myspace ou Facebook pour des plusieurs raisons de principes, et il y a excessivement de bands qui abusent de la chose et concentrent tous leurs efforts que sur ces sites. Il n’y a personne qui va réussir à se créer une carrière uniquement à partir de Myspace ou Facebook. La vraie vie se joue sur le terrain et non en arrière d’un écran.

Le fait d'avoir gagné le CONGA de l’Université Laval (concours provincial des groupes émergents) a-t-il eu une répercussion sur le cheminement du groupe?

Gagner le CONGA nous a fait réaliser que nous voulions réellement pousser le projet plus loin. Donc, cette prise de conscience a poussé le groupe vers de nouvelles aspirations. Maintenant, est-ce que ça change le monde? Pas vraiment. Toutefois, ça nous a permis d’enregistrer décemment notre premier album complet et ça nous a également permis de se faire voir par les médias. Gagner le concours nous a apporté une crédibilité qui nous permet aujourd’hui d’avoir une couverture médiatique qui jadis nous était inexistante.

Vous mentionnez que vos textes sont souvent revendicateurs et corrosifs. De quoi traitent les sujets de vos paroles? Que revendiquez-vous?

Nos textes sont à l’image de notre musique alors on touche régulièrement à des extrêmes et des nuances dans nos paroles. Lorsqu’on traite de sujets personnels, on le fait de façon thérapeutique; dans le but d’exorciser nos démons intérieurs. Sinon, la grande majorité des textes traitent de sujets socio-politiques; que ce soit l’économie mondiale, la politique nord-américaine (donc la politique québécoise également puisqu’il faut se faire à l’idée; le Québécois moyen fait juste semblant d’être différent), la guerre et le marketing médiatique du terrorisme, etc. En gros, ce qu’on revendique, ce n’est pas tant des idées précises; on ne cherche pas à imposer une opinion mais on cherche à stimuler les gens à rechercher la vérité, à s’ouvrir les yeux et à penser pour eux-mêmes. Il faut les sortir de devant leur télé! Ce que TVA dit dans son bulletin de nouvelles n’est pas nécessairement vrai et au pire, si c’est vrai que Paris Hilton sort de prison, c’est pas important!

Vous avez réalisé jusqu’à maintenant 3 mini albums, 1 album, 1 DVD et 3 vidéoclips, tous produits de façon indépendante. Votre second long jeu verra le jour quelque part en 2008. Souhaitez-vous continuer dans cette direction ou collaborer avec un label s'avère une solution envisageable pour vous?

Un label est certainement une solution envisageable pour nous. Par contre, nous ne signerons pas avec une étiquette qui n’est pas prête à mettre autant d’efforts que nous le faisons et que nous le ferions si nous sortions l’album par nous-mêmes.

Parlant de votre nouveau produit, pouvons nous nous attendre à la suite logique de Of Beauty and decay paru en 2005? À quand sa présence sur les tablettes de nos disquaires?

Évidemment, la suite est logique mais l’évolution est majeure. Le son est plus rapide, plus agressif, mais aussi beaucoup plus mélodique et accrocheur. Il y a moins d’expérimentation sur l’album. C’est un disque beaucoup plus « loud » avec plus de punch et dont la production est quasi impeccable. On souhaite sortir l’album d’ici peu, que ce soit sur un label ou pas. Une chose est certaine, nous l’aurons en main avant de partir en tournée ce printemps.

Vous avez choisi de travailler Chris Donaldson (guitariste de Cryptopsy) à la réalisation et Jef Fortin (guitariste d’Anonymus) à la technique. Parlez-nous de votre expérience en studio.

[Patrick] Nous savions que Chris et Jef sauraient nous apporter le gros son « loud » qu’on recherchait et bien franchement, on en a eu pour notre argent! Personnellement, au niveau des drums, tout s’est excessivement bien déroulé. À l’intérieur de 3 ou 4 jours, les prises de son étaient terminées. Nous avons étalé les prises de son des différents instruments et de la voix sur plusieurs semaines puisque nous devions composer avec nos emplois à Québec et l’enregistrement studio à Montréal. Travailler avec Chris et Jef a été des tonnes et des tonnes de gros fun. Les résultats sont là et maintenant ce sont des très bons chums! Ça serait plaisant si la vie était toujours comme ça!

[Paul] Côté vocal, ça été plus long. J’ai travaillé en majorité avec Chris et il est plus perfectionniste que moi (ce qui est rare!) On a pris 6 jours pour les vocals mélodiques et 2 jours pour les vocals gueulés. Chris déteste auto-tuner une voix et camoufler les erreurs, quelque chose qui est omniprésente dans les productions modernes, donc il a exigé que je chante tout parfaitement et plusieurs fois en ligne. On a pris le temps de travailler les backs et de changer les mélodies pour améliorer les chansons. Mais le résultat est quelque chose d’honnête et d’impeccable! Pour la guitare et la basse, Chris a fait travailler Éric et Louis pas mal fort aussi. On a fait plusieurs recherches sonores et on a utilisé plusieurs amplis différents pour optimiser chaque partie d’une chanson précise.

Des plans de tournées à la sortie de l'opus?

Nous planchons présentement sur 3 tournées qui devraient nous faire visiter le Canada en long et en large ce printemps ainsi que l’Europe occidentale à l’automne. Les détails sont encore à venir par contre.

De plus en plus de groupes désertent leur ville pour tenter d'aller poursuivre leur rêve dans ce qu'on appelle, selon certains "experts", le nouveau Seattle (Montréal). Avez vous l'intention de suivre ce mouvement?

En tout franchise, on a songé et on songe encore régulièrement à faire le saut pour la métropole. Si on le faisait par contre, ce serait principalement pour une raison de logistique puisque ça devient tannant de toujours être à Montréal sans y vivre… Squatter chez les chums, après les shows, pendant les sessions de studio, les rencontres avec les intervenants du milieu artistique; ça devient plate. Les frais de transport associés à ça nous font aussi réfléchir. Reste que nous souhaitons demeurer à Québec puisque notre qualité de vie ici est géniale, plusieurs de nos parents et amis sont ici et nous croyons au potentiel artistique de la ville. Il y a de véritables mines d’or ici-même. Si ensemble on se tient, tous les artistes et musiciens on n’aura plus besoin de vivre ailleurs pour espérer vivre de notre art. Jusqu’à maintenant on a réussi à être très présents sur la scène de Montréal et du Québec à partir de Québec alors on va continuer dans cette direction. Bravo à tous les CEA, Accrophone, MAP et Pascale Picard Band de ce monde qui tentent de se battre pour la survie d’une scène qui au fond est très vivante mais qui malheureusement et trop souvent laissée à elle même. De la bonne musique il s’en fait partout au Québec.

Vous avez parcouru le Québec cet automne dans le cadre du "No Sobriety Tour" en compagnie de vos amis de GFK et Serenity In Silence. Comment se sont déroulés les concerts? Avez vous fait honneur au nom choisi pour cette tournée?

[Patrick] Voyons!! NMTL sait toujours relever les défis! Bien sûr qu’on a fait honneur au « No Sobriety Tour »! On l’a fait l’an passé et on a répété l’exploit pour une 2ème année consécutive! Par chance que Dave était maintenant parmi nos rangs par contre! Il a su rehausser notre valeur puisque j’ai eu quelques faiblesses de santé en fin de parcours (virus oblige) alors je me suis tenu un peu plus tranquille cette année! En ce qui concerne les concerts, de façon générale, la réponse a été excessivement positive. La foule a été plutôt bonne dans la plupart des shows. Franchement, c’est une expérience à reproduire encore et encore!

La rumeur stipule que des projections vidéo agrémenteront sous peu vos concerts. Tu peux nous en dire plus ou c'est top secret?

[Patrick] C’EST TOP SECRET!! Haha! Ce que j’peux vous dire c’est que ce sera évidemment utilisé afin d’ajouter encore davantage au dynamisme du show mais surtout, afin d’appuyer les propos des chansons et inciter à la réflexion. Ça va être fou!! J’ai hâte de présenter ce show là. Probablement que, si tout se place comme il se doit, la première représentation sera à l’ANTI au début février. Que tous ceux désirant voir ce show-là passer dans leur ville le demande à leur promoteur local!

[Paul] D’ailleurs, on offre une chance au monde de faire parti de notre show visuel! C’est très simple! Il s’agit de produire un petit vidéo de 5 secondes à l’aide d’une simple webcam et nous l’envoyer! Quelques vidéos risquent même de se faire une place dans notre nouveau vidéoclip! Toutes les infos et les détails sur http://blog.myspace.com/index.cfm?fuseaction=blog.ListAll&friendID=8319086.

De plus en plus de bands, doivent passer chez le coiffeur avant un spectacle. Êtes-vous du mouvement?

[Patrick] Hahaha!! Non! Une fois par 3 mois peut-être! Ça pousse, ça déteint, ça devient crasseux… c’est ben correct! Haha! Reste que, comme tout le monde, on se coupe les cheveux! Personnellement, j’ai toujours donné le feu vert à ma chum coiffeuse pour qu’elle essaie des trucs… Résultat, j’ai souvent changé de tête dans les 4 dernières années! Toutes les couleurs ont dû y passer!

[Paul] Moi, je suis rendu ben trop bum! Je laisse pousser mes cheveux comme un vieux poil et je songe à me laisser pousser une grosse barbe! Je mettais ben trop de temps et d’argent dans mes cheveux avant, mais c’était AVANT le fameux mouvement par contre... le mot EMO existait à peine, on appelait ça GLAM avant! Hahah!

Y-a t il un album dont vous attendez impatiemment la sortie en 2008? (mis à part le vôtre, bien sûr)

[Patrick] Honnêtement, j’ai tellement travaillé avec les shows et l’album de NMTL au cours des derniers mois que c’est rendu que j’ignore complètement ce qui pourrait peut-être sortir en 2008. Disons que j’aimerais bien entendre du nouveau stock de Malajube, Massive Attack, Converge, Beck, City & Colour et plein d’autres… Comme c’est là, j’en suis encore à savourer les derniers Dillinger Escape Plan, Watcha, Porcupine Tree, The Hope Conspiracy, A Wilhelm Scream, Radiohead, Comeback Kid et Grim Skunk!

[Paul] Moi j’attends toujours chinese democracy. Hahaha!

Quel sera le(s) band(s) à surveiller selon toi dans la scène locale cette année?

[Patrick] Personnellement, je surveille toujours Goreflex qui à mon avis est le meilleur band à Québec! Reste à voir ce qu’ils feront de leur talent et de leur originalité. Je crois aussi que certains bands locaux ayant fait leurs preuves par le passé s’apprêtent à sortir quelque chose au courant de l’année. Je pense entre autres à Tailormade Fable, Each On Set, GFK (split album avec I Hate Sally qui sera officiellement lancé en février) et Still My Queen. Je suis également pas mal curieux d’entendre ce que les gars de In Apparatus Complacency nous sortirons avec leur nouvelle formation. Je pense aussi que les New Cities risquent de vraiment sortir du lot cette année.

[Paul] Goreflex c’est le meilleur band au monde, point final. J’ai également hâte d’entendre le nouveau Tantrumn. Ça risque d’être intense!

Quelque chose à ajouter pour conclure sur une bonne note?

[Patrick] Tant qu’à ouvrir l’année, je souhaite à tout le monde de passer du méchant bon temps pour les 12 prochains mois! Sur le point de vue musical et de la scène locale, je souhaite que les groupes continueront à s’entraider plutôt qu’à se jouer dans le dos. L’entraide est à la hausse ces derniers temps et c’est bien tant mieux! J’espère que les kids vont lâcher leurs télés, leurs ordis et leurs consoles pour aller voir les shows et encourager la scène. Voir un band live, ça ne se fait pas sur YouTube!!

[Paul] Parlant de bands live, on a excessivement hâte de rejouer à Québec! Samedi 2 février à l’ANTI! Ça fait déjà plusieurs mois qu’on n’a pas joué ici. C’est tout un honneur pour nous d’être, simultanément, du lancement de nos amis de GFK, du show d’adieu des chums de Wasted Sunday, du lancement des autres bons pots de The Acousticolics et du retour mémorable d’ATM!

BONNE ANNÉE de tous les NMTL!

À propos

  • Région:
    Québec
    Ville:
    Québec
  • Style de musique:
    Hardcore, Métal, Punk & Rock
    Actif depuis:
    1999
  • Membres

    Lewis -
    Guitar
    PAT -
    Drums & back vocals
    DÂV -
    Bass
    Paul -
    Vocals
  • Site officiel:
    www.nevermorethanless.com
    Courriel:

Concerts à venir

Aucun concert à venir

Audio

Aucune chanson n'est disponible pour écoute

Vidéos

Never More than Less - Never More Than Less Ft. Luc Bourgeois (Sandveiss) - Sayonara

recherche
Calendrier
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

En ondes