Groupe du mois

  • Bridge Too Far

    Mois:
    Novembre 2006
    Entrevue avec:
    J-P
    Par:
    Steve Mahar

Comment pourriez-vous nous introduire Bridge Too Far?

Bridge Too Far est un groupe hardcore de la région de Québec qui roule sa bosse depuis près d’un an et demi. C’est d’abord l’accomplissement de cinq passionnés de musique, Sylvain, Laurent, Alex, Charles et J-P, qui ont voulu créer projet vrai et sans prétention qui pourrait renouer avec les idéaux de la communauté underground. En réaction à la pseudo dictature d’une musique trop souvent aseptisée et vide de sens, Bridge Too Far est devenu notre moyen de véhiculer un message positif et de faire valoir l’importance du dévouement dans la scène punk/hardcore.

Est-ce que votre nom de groupe a un lien avec le film A Bridge Too Far de 1977?

En fait, le nom du groupe est d’abord un clin d’œil au livre de Cornelius Ryan ‘’A Bridge Too Far’’ paru en 1974 et qui a ensuite fait l’objet d’une production cinématographique en 1977. Le livre retraçait l’échec de l’opération des troupes alliées en 1944 en Hollande qui visait à prendre possession de 11 ponts pour sécuriser l’accession en Allemagne. Avec la parution du livre, le terme ‘’A Bridge Too Far’’ s’est rapidement répandu pour devenir une expression qui signifie aujourd’hui ‘’trying to do more than one is capable of''. Le nom Bridge Too Far provient de là. Pour nous, la connotation défaitiste du terme semblait créer un paradoxe intéressant avec l’attitude positive et idéaliste du groupe. Ainsi, ‘’Bridge Too Far’’ est devenu, pour le groupe, la volonté de dépasser ses limites, de tenter l’impossible et de continuer d’avancer même si tous les espoirs semblent perdus.

Vous mentionnez dans votre biographie que vous voulez conserver «the flame of positive hardcore burning». Pouvez-vous nous en dire plus sur vos intentions avec le groupe?

Souvent, certains groupes ou certains kids ont tendance à ne voir que le côté négatif de la scène punk/hardcore. Ils se plaignent de tout ce qu’ils voient mais semblent toujours les premiers à clamer haut et fort leur allégeance au mouvement. Ironie du sort, ces gens sont généralement les premiers à tourner le dos à la communauté punk/hardcore. Il faut voir au-delà de la musique, de l’image et du matériel pour trouver toute la signification, la valeur et la substance de cette scène. Le hardcore c’est beaucoup plus qu’un nom sur un t-shirt ou un cd. Plusieurs l’ont dit bien avant nous, «le hardcore, c’est un véritable mode de vie». Nous croyons que le hardcore a un message à faire passer, des valeurs à véhiculer. Trop souvent, le discours de certains groupes manque de conviction, semble vide de sens et trop souvent les paroles ne sont utilisées qu’à des fins accessoires. Dès lors, je crois qu’il y a encore de la place pour les discours positifs qui font valoir l’intégrité et le dévouement dans cette scène. Heureusement, il y a encore des gens et des groupes honnêtes et dévoués grâce à qui le mouvement punk/hardcore subsiste encore aujourd’hui. Si nous n’avons pas la prétention de vouloir changer le monde, nous trouvons toutefois important de véhiculer un message constructif qui puisse pousser les gens qui ont toujours le cœur à la bonne place à s’impliquer dans le mouvement et à envisager l’avenir avec confiance. Aussi cliché que cela puisse paraître, il faut croire dans les idéaux d’unité et de respect sans quoi cette scène n’a plus de raison d’être; elle sera devenue ce contre quoi elle se battait depuis le début. Il ne revient donc pas à un individu ou à un groupe d’assurer l’intégrité du mouvement, mais bien à toute la communauté punk/hardcore d’y contribuer. Pour nous, penser et agir positivement, c’est continuer de croire en l’essence de cette scène.

Comment a été votre première expérience de studio? Êtes-vous satisfait du résultat?

La période d’enregistrement pour le split a été extrêmement intense mais tellement motivante et agréable. Nous avons enregistré 6 chansons en moins d’une semaine en plein mois de juin dans un studio sans air climatisé donc inutile de dire qu’il a fait terriblement chaud là-dedans. C’est notre bon copain Nick Tremblay qui s’est chargé de la production de nos chansons et définitivement, il a réalisé un travail exceptionnel. Nous sommes très satisfaits du résultat final. Nick a bien réussi à faire ressortir l’esprit du groupe en enregistrement et nous le remercions encore de son aide très précieuse. Bien que nous disposions d’un temps relativement restreint pour finaliser l’enregistrement, nous avons véritablement pu modeler les chansons à notre image. Tous les membres du groupe proviennent de milieux musicaux différents et en ce sens, chacun a pu mettre sa touche personnelle sur les chansons en studio. Plusieurs de nos copains ont même participé à l’enregistrement des ‘’gang vocals’’ ce qui finalement, a permis de faire des chansons de BTF une véritable réalisation collective. À tous ceux qui ont rendu ce split possible, merci encore!

Vous avez sorti votre premier split sur Freedumb Recordz. Qu'a motivé le groupe à choisir cette étiquette?

Il s’agit surtout d’un concours de circonstances. En mai dernier, le groupe avait déjà enregistré un démo de quatre chansons mais qui n’était pas à la hauteur de ses espérances. Or, nous avons été mis en contact avec Freedumb Recordz par l’entremise d’un des membres qui avait déjà fait affaire avec cette étiquette dans le passé. C’est à partir de là qu’on nous a proposé de réaliser un split cd avec The 21st Impact. Ce projet nous aura donc permis de réenregistrer nos chansons avec un budget plus consistant et une meilleure production.

Pourquoi avoir décidé de jumeler vos chansons avec 21st Impact (Suède) sur un split?

Plusieurs membres du groupe avaient déjà eu la chance de voir The 21st Impact sur scène lors de leur passage au Québec avec Raised Fist en 2003. Avec le split, il s’agissait d’une opportunité très intéressante de partager un disque avec un groupe pour qui nous portions déjà un très grand respect et qui avait déjà une certaine notoriété d’établie en Europe. L’idée d’unir deux groupes de deux continents différents sur le même album nous paraissait donc être une bonne idée. D’autant plus, The 21st Impact, s’oriente un peu dans la même direction musicale que nous, alors nous ne pouvions trouver meilleur groupe avec qui partager le cd.

Pensez-vous que le fait d'avoir fait un split avec un band suédois vous ouvre les portes là-bas? Avez-vous l'intention d'allez en Suède?

A priori, nous ne nous sommes pas engagés dans le split avec The 21st Impact dans l’objectif d’aller jouer en Europe. Nous y avons participé parce que nous respections beaucoup les musiciens et nous croyions qu’un tel projet était une belle opportunité de tisser des liens avec un groupe bien établi. À court terme, je doute que le split nous ouvre des portes en Europe puisqu’il n’y est pas encore distribué pour le moment. Toutefois, si The 21st Impact ont le projet de passer au Canada dans les prochaines années, nous aurons sûrement la chance et le privilège de partager la scène avec eux. Bien sûr, si l’occasion se présentait d’aller en Europe, nous n’hésiterions pas une seconde mais pour le moment, nous n’avons pas le projet d’aller jouer en Suède. De toute manière, nous avons encore toute l’Amérique du Nord à visiter avant cela. Il reste à voir ce que les prochaines années nous réservent.

Vous comptez jouer plusieurs concerts avec Raised Fist, à quoi vous attendez-vous de cette tournée?

Nous faisons 5 dates au Québec dans le cadre de la tournée avec Raised Fist du 7 au 13 décembre prochain. Cela risque d’être extrêmement enrichissant du côté expérience de scène. Non seulement nous aurons la possibilité d’apprendre beaucoup d’un groupe d’expérience comme Raised Fist qui roule depuis des années mais nous aurons aussi le privilège de jouer dans quelques-unes des plus belles salles de spectacle au Québec. Malgré tout cela, cette tournée nous offre quelque chose d’encore mieux, c’est-à-dire la chance de partager la scène avec quelques-uns des meilleurs groupes hardcore et punk du Québec comme Radical Attack, Watch Your Step, Hold A Grudge, Tears From The Sky, Closedown, etc. En ce sens, cette tournée risque d’être très intéressante. Bref, beaucoup de plaisir en perspective!

Quels sont les groupes avec lesquels vous aimez particulièrement partager la scène?

Malgré le fait que nous n’ayons pas encore un très grand nombre de spectacles à notre actif en tant que Bridge Too Far, nous avons tout de même beaucoup aimé partager la scène avec des groupes comme GFK, Rise In Honor et Kill The Bride. Ce sont des groupes qui ont travaillé et travaillent encore dur pour en être où ils sont aujourd’hui.

Considérez-vous que la scène locale évolue d'une bonne façon?

Bien qu’elle ait ses hauts et ses bas, nous considérons que la scène locale évolue bien depuis quelques temps. Elle semble vouloir s’affirmer et reprendre du poil de la bête. Bien sûr, elle pourrait toujours se porter mieux. Toutefois, considérant le nombre de bons groupes qui ont passé les frontières du Canada et la quantité d’albums de mieux en mieux produits durant les dernières années au Québec, il faut croire que la scène locale underground est vouée à un avenir prometteur si elle continue dans cette direction. Même si de nos jours la télévision semble donner l’impression que tout le monde peut devenir une star du jour au lendemain seulement en grattant quelques accords de guitare, il y a encore des gens avec un minimum de sens critique qui savent très bien qu’on ne peut vouloir faire une tournée, enregistrer un album ou conquérir le monde après une ou deux pratiques. La plupart des groupes au Québec savent qu’ils doivent travailler dur s’ils veulent atteindre leurs objectifs et ce, particulièrement dans la communauté underground. D’autant plus, il serait ridicule de croire que la relève et les nouveaux venus risquent de détruire ce qui a été bâti au fil des années. Il y a des gens sincères et dévoués à ce mouvement autant chez les plus jeunes que chez les plus vieux et c’est sur eux que repose l’avenir de la scène locale. Alors n’attendons plus et agissons pour que cette scène évolue dans la bonne direction. Il faut travailler ensemble pour que la scène punk/hardcore conserve sa véritable raison d’être et qu’elle demeure là où elle a toujours tenu d’exister, c’est-à-dire dans la rue et en marge de l’establishment.

Avez-vous l'impression que l'audience s'intéresse encore autant aux groupes locaux qu'auparavant?

Je crois qu’il y a un véritable regain d’intérêt pour les groupes locaux depuis les deux dernières années. Il ne faut pas se surprendre quand on voit que ces groupes sont de plus en plus actifs sur la scène nationale et sortent des albums de qualité. Quand je regarde des groupes du Québec comme Aces And Eights, Fifth Hour Hero, Sons Of Disgrace et Outnumbered qui offrent des performances exceptionnelles et qui rivalisent aisément avec certaines des plus grosses formations américaines, j’ai confiance que l’intérêt des kids pour les groupes locaux s’intensifie au cours des prochaines années. Il y a beaucoup de potentiel au Québec, il s’agit de lui laisser la chance de se faire voir.

Quels sont vos plans à long terme?

Pour l’instant, nous avons un seul objectif : jouer le plus souvent possible dans le plus grand nombre de régions possibles. Nous voulons voir du pays tout en faisant ce qui nous passionne le plus: jouer de la musique et la partager avec les kids. Et qui sait, peut-être sortirons-nous un e.p. ou un album complet dans les prochaines années. Chose certaine, nous irons au bout de nos limites! Pour les gens intéressés, nous serons de passage à Québec ce dimanche 5 novembre avec Verse à l’Anti, puis les 11 et 25 novembre à Trois-Rivières et St-Romuald.

Une phrase pour terminer l'entrevue ?

Un gros merci à tous ceux qui encouragent la scène punk et hardcore avec coeur depuis tant d’années ainsi qu’à Steve et à toute l’équipe de Quebecpunkscene pour leur support!

À propos

  • Région:
    Québec
    Ville:
    Québec
  • Style de musique:
    Hardcore & Métal
    Actif depuis:
    2005
    Maison de disques:
    D.I.Y.
  • Membres

    Guy-Pierre -
    guitar
    J-P -
    vocals
    Laurent -
    drums
    Charles -
    bass
    Sylvain -
    guitar
  • Courriel:

Concerts à venir

Aucun concert à venir

Audio

Aucune chanson n'est disponible pour écoute

Vidéos

Aucun vidéo à afficher

recherche
Calendrier
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

En ondes